AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (2)La croisée des âmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: (2)La croisée des âmes   Jeu 15 Sep - 15:27

Ramtrok. Il y a de cela plusieurs années.

Zorar jouait du piano tranquillement, dans le salon. L'adolescent avait économisé longtemps pour se trouver un piano, et ses doigts habiles jouaient presque à la perfection les notes qu'il avait en tête. Ça l'aidait. Ça l'aidait à oublier son passé.

"Je me disais bien que les humains étaient plus doués pour jouer du piano que nous, les nains." Dit une voix féminine derrière lui.

Une naine, d'apparence jeune, s'approcha de l'humain, qui sembla l'ignorer, continuant à jouer ses notes. Elle s'assied sur le banc, à ses côtés.

"Ptit frère, faudrait que tu m'apprennes, dit-elle encore.
- Désolé Lily, mais ça ne me tente pas.
- Ça ne te tente jamais rien, depuis que papa et maman sont partis à la guerre.
- Arrête de te plaindre, ptite sœur, je fais ma part de travail dans les champs.
- Je sais, et je ne peux que t'en remercier."

Leur conversation se fit interrompre par des bruits de pas devant leur maison. On cogna à la porte. Zorar s'arrêta, et se leva, pour aller répondre. Lily le suivit. Sur le pas de l'entrée se tenaient deux soldats. Ils ne semblaient pas avoir la meilleure mine du monde.

"Bonjour messieurs, les accueillis la naine. Que puis-je pour vous?
- Nous sommes porteurs de mauvaises nouvelles... J'ai le regret de vous annoncer que vos parents sont tombés au combat."

Un silence, un choc. Des larmes se dessinèrent sur les yeux de Lily, alors que l'adolescent serra les poings.

"Qui... Demanda-t-il en serrant les dents.
- Notre ennemi est plus puissant que prévu. Nous auront besoin de plus de troupes, et surtout... D'un nouvel archimage. Si vous voulez plus d'information, il y aura une annonce générale au centre-ville, à la Tour des Surna."

Les soldats saluèrent une dernière fois, avant de faire demi-tour. Zorar se tourna vers sa sœur.

"C'est à 2 heures d'ici. Je dois y aller. Je veux savoir.
- Je... Je vais avec toi..." Balbutia Lily, en larmes.

Ils partirent donc. La Tour des Surna était un très grand édifice, plus en hauteur qu'en largeur, qui se démarquait de la ville par sa base qui était bien décorée, et son haut qui semblait en ruine, des briques de pierres noires et grises craquelées de partout. Une petite foule était rassemblée autour de l'entrée principale, où se tenait quelques mages, des humains, des jeunes et des plus vieux, face à la foule. Lorsque les deux récemment orphelins arrivèrent, le discours de l'un des magiciens, sur l'estrade, était presque terminé.

"... Et ils approchent! Mais aujourd'hui, nous allons faire ce que nous avons pas fait depuis des centaines d'années: choisir un nouvel Archimage alors que celle actuelle est encore en vie, nous trahissant avec les forces du mal du nether!

Zorar et Lily se faufilèrent dans la foule.

- Ces jeunes gens ici présents font partie de l'Élite de partout sur le continent. Aujourd'hui, ils passeront le test de la Source. Rares sont ceux qui y survivent, mais il n'en suffit qu'un pour faire de lui un Archimage! Et Inifni paiera!"

Une clameur dans la foule. Les magiciens en ligne pénétrèrent dans la tour, un par un. Et il ne resta plus qu'à attendre. Zorar avait les poings serrés, attendant. Mais après une heure, personne ne sortait. Même les magiciens qui attendaient semblaient inquiets. Dans la foule, les gens parlaient:

"Ils n'ont pas réussi...
- Nous sommes foutus..."

Le jeune pianiste serra les dents, et se mit à courir dans la foule, bousculant les gens.

"Zorar!" cria Lily.

Mais ce dernier ne l'écoutait pas. Il pénétra dans la Tour des Surna. Et en ressortir était hors de question. Car dans cette tour, depuis très longtemps, se trouve une faille. Une faille immense, où toute la magie est sans dessus dessous. Un lien direct vers la Source. Si près que seul les meilleurs magiciens peuvent y survivre, et atteindre ce qu'on appelle l'illumination. Les meilleurs y meurent en grande majorité, détruis par les flots de mana. La moindre erreur magique, et la mort est assurée. Le test de la Source est impardonnable pour ceux non préparés. Mais Zorar n'était pas de cet avis. Nul ne sait comment il réussit, même lui-même, mais il fit face à la Source. Après des douleurs, souffrances et chaos indescriptibles. Mais il y arriva. Il tendit le bras. Et toucha la Source.

Une coupure. Le noir. Le blanc. Le gris. Il perdit son cœur. Il perdit son âme. Son lien, un lien que chaque être vivant, et parfois même non-vivant possède, se désintégra, se referma, se scella. Pour toujours. Et la tour explosa. L'humain, l'adolescent, tomba avec les débris, dans la foule. La poussière se releva. Les gens s'éloignèrent, apeurés, alors que certains, moins rapides, se firent écraser.

Un magicien tenta de se faire un bouclier, bloquant des pierres. Il ne survécut pas longtemps alors qu'une main lui enserra le cou, et le brisant d'un coup sec. Zorar haletait, bavait, ressemblait à un animal sauvage, transperça un autre mage. Il se mit à les tuer un par un, à une vitesse surnaturelle. La foule commença à s'enfuir. Mais ils n'allaient pas être épargnés. Les coups de poings de l'adolescent détruisaient les crânes, défonçaient les os, ne donnant aucune chance à ses victimes, qui n'avaient qu'à peine le temps de crier. Il avait les yeux en sang, le corps en sang, le sang de tous ces gens qui tombaient sous ses coups. Puis il sauta sur une naine. Celle-ci cria:

"Zorar!"

L'interpellé cligna des yeux. Devant elle se tenait Lily. Sa sœur. Il secoua la tête, reprenant peu à peu ses esprits.

"Fuis... souffla-t-il. Fuis... Loin...
- Mais...
- LOIN!"

La jeune naine s'enfuit en courant. Le regard de Zorar se tourna vers un nuage de fumée qui s'élevait au loin.

"Je vais venger papa et maman..."

Il bondit dans cette direction. Il se mit à courir, à courir si vite que les gens pouvaient à peine le voir passer. Mais lui voyait bien. Il voyait devant lui le wither, gigantesque, noir, lançant ses projectiles mortels, alors qu'à ses côtés se tenait une femme, habillée d'une robe blanche, qui faisait des sorts destructeurs à l'aide de son bâton. Il y avait aussi un autre homme, qui semblait tirer des rayons d'un petit engin sur son bras, et... Une petite fille, qui tremblait, restant là à ne rien faire. Ils étaient entourés de soldats, nains et humains, qui tombaient comme des dominos. Zorar agrippa deux lances sur des cadavres au passage, et bondit vers sa première cible: le wither.

La bête ne le vit pas venir, et reçut les lances dans le poitrail. Il cria de douleur, et repoussa son assaillant, avant de lui lancer des projectiles noirs. Sans difficulté, de coups bien calculés, l'adolescent les fit dévier, directement sur l'Archimage, qui tomba au sol.

"Maman!
- Inifni!

La femme tremblait de douleur, tenta de se relever. Elle leva une main vers l'homme, qui tentait de l'aider.

- Sauve ma fille... Sauve Wobmiar... Sauve-toi... Nous avons perdu... S'il te plait Roloc... Mon frère...

Le dénommé Roloc hocha la tête, agrippa la fillette, et se mit à s'enfuir, alors qu'une lumière blanche sortant du bâton de la magicienne lui fraya un chemin en direction d'une forêt. La seconde d'après, une lance lui traversa le cœur, et elle s'écroula.

Le wither se mit à rugir et, de rage, bondit vers le lancier, la seule personne qui restait sur le champs de bataille. Ce dernier bondissait d'un corps à l'autre, projetant ses lances, une à une, toutes frappant la bête avec force. Ce dernier commença à s'affaiblir. Zorar, armé d'une dernière lance, s'approcha de lui, et la planta dans son cœur, l'achevant. Un cri perçant traversant l'air, alors que la créature des enfers se replia sur elle-même, explosant. L'humain fut projeté un peu plus loin, juste à côté de la dame en blanc. Il se frotta la tête, un peu sonné, et se releva. Maintenant, sur le champs de bataille, c'était le silence. Complet. La mort. Le vent passait, des nuages de poussières s'élevaient un peu partout, des cratères d'explosion emplissaient l'endroit.

Il se leva, empoigna la lance qui était plantée dans la défunte Archimage, et la ressorti. Du sang en coulait, sa pointe était totalement rouge. Il la regarda un instant, avant d'entendre du bruit. Un... Applaudissement.

"Bravo. C'était génial."

Zorar se retourna. Un homme encapuchonné, d'apparence jeune, s'approchait. Il se mit en garde.

"Presque aussi génial que mes blagues, continua le nouveau venu. Tu connais celle du nain et de l'ethérien qui entrent dans un bar?... Non... Tant pis...

Il s'approcha encore. Il n'avait pas peur.

- Écoute petit, j'ai pu voir ton potentiel. Je souhaite t'enseigner.
- Je n'en ai pas envie, grogna l'adolescent.
- Il existe des choses terribles dans ce monde, des choses plus dangereuses encore que ce que tu viens de vaincre. Je me propose donc comme maître, pour t'aider à devenir plus fort.
- ... D'accord... J'accepte... Je n'ai rien d'autre à faire de toute façon.
- Bien, bien. Suis-moi alors.

L'homme commença à s'éloigner. Son nouvel élève le suivit.

- Il faut faire quoi exactement?
- Oh... Simplement chercher quelques artefacts que j'aurais largement besoin pour nous aider... À purifier le monde du mal... Oh, et, je m'appelle Griffe d'Or.
- Moi je m'appelle Zorar.

Griffe se mit à rigoler.

- Dans ce métier, on n'utilise pas notre nom civil. Il te faut un surnom.

Il baissa le regard vers la lance tachée de sang. Il sourit, et fixa son apprenti dans les yeux.

"Dès maintenant, tu porteras le nom de Lancier Rouge."

----------

Dans la fumée qui retombait, 4 silhouettes s'approchèrent des cadavres sur le champs de bataille. Un homme, une femme, et deux filles, dont une très jeune. Enjambant les corps, ils se dirigèrent vers les restes de l'archimage et du wither. La femme sortit un couteau, et trancha la tête de la femme déjà morte, avant d'aller couper au niveau de son poitrail. L'homme, de son côté, approcha un gros morceau noir de la créature nethérienne.

"Brigitte, Melhodie, éloignez-vous, ils sont peut-être encore dangereux."

Il planta son bras dans le corps d'un coup sec. Les deux jeunes filles s'éloignèrent un peu. Il ressortit ensuite sa main, après avoir bien tâté.

Dans sa paume brillait maintenant un cristal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(2)La croisée des âmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La croisée des chemins [PV:kiza izuru]
» Des soldes de ouf' à La Croisée Du Jeu
» Scénario - La Course Croisée
» La Croisée du Chaos - Edition Spéciale
» Mots croisés dofusiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Albyrion :: Le Monde d'Albyrion :: Histoires-
Sauter vers: