AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (9)Isiris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: (9)Isiris   Sam 7 Nov - 15:58

"Hey. Hey. Hey. Hey. Hey."

J'ouvris les yeux avec difficulté. Je sentais quelqu'un qui me frappait sur le front constamment.

"Hey, tu te réveilles?"

C'était une fille. J'avais un de ces mals de crâne. Probablement pas seulement à cause de sa petite vois aiguë.

"Allo, il y a quelqu'un? Tu te réveilles madame?"

Je bloquai sa main qui allait pour une énième fois me taper la tête. Je clignai des yeux. J'étais dans une pièce intérieure probablement entourée de vitre. Mes pensées étaient confuses, mais je pouvais assez bien distinguer la jeune fille se trouvant devant moi. La jeune adulte aux traits enfantins me regardait comme si j'étais une extraterrestre. C'est sûr que elle, avec des cheveux roses et des yeux sensiblement de la même couleur, elle était pas bizarre du tout. Mais trêves de sarcasme, je décidai de me lever, avant de presque trébucher, ayant oublier que je n'avais plus de bras gauche. À la place, j'avais un beau moignon nettoyé et recouvert d'un bandage blanc. Je n'avais pas mal, mais je souffrais du fameux bras fantôme.

"T'es la copine du ptit vieux shnouk Azarichose hein? Tu t'es arrachée le bras pour le manger? J'ai vu une bouchée dedans, t'es aussi bizarre que lui."

Je secouai la tête, regardant mieux les environs. J'étais à l'Académie, dans l'une des salles de botanique. Logique, c'était un peu l'infirmerie ici. Les baies vitrées laissaient passer les rayons de soleil de midi. Je me tournai vers mon interlocutrice.

"Comment t'appelles-tu?
- Je m'appelle Isiris, et je suis la chef du peuple ethérien. Je t'ai trouvé dans la forêt, et je t'ai sauvé la vie, alors tu me dois obéissance."

Ok, une gamine. Remarque, le fait qu'elle puisse lire mes signes m'arrange.

- Il y a un adulte autour?
- En premier, tu dois m'appeler Mademoiselle. Et pour mon deuxième ordre, euh...
- Je veux parler à quelqu'un d'autre s'il te plait.
- Y'a personne d'autre.
- Bon petite, tu vas arrêter de la déranger" l'interrompit une autre voix.

Je l'avais reconnu tout de suite. C'était Rollhoff, la secrétaire/femme à tout faire de la place. J'aurais pu m'en douter. Elle s'avança vers moi, tenant un linge et un bol d'eau. Elle le passa sur mon front. Je dois avouer que ça faisait du bien.

"Je dors depuis combien de temps?
- Depuis presque une journée entière, répondit la dénommée Isiris.

L'infirmière se tourna vers elle.

- Tu peux la comprendre? T'as appris ça où? demanda-t-elle.
- J'en sais rien. Y'a beaucoup de choses que je sais mais que je sais pas."

Je tâtai mon corps. On m'avait enlevé tous mes effets personnels.

"Mes armes?
- Elle demande pour ses armes.

Rollhoff prit un air sombre.

- Oui justement, j'aurais quelques questions à poser à ce propos. Qu'est-ce que c'est que cet arsenal? J'ai tout laissé dans ton sac à tes côtés, mais c'est énervant de garder ça à l'Académie. Je l'ai fait pour toi parce qu'Azaryus te fait confiance, mais il faudrait vraiment m'expliquer..."

Elle n'eut jamais le temps de finir sa phrase. Un fil de fer passa devant son visage et les mains le tenant se resserrèrent, l'égorgeant sans soucis. Elle s'écroula au sol, morte sur le coup. Derrière elle se tenait un ethérien habillé d'un habit distinctif des besoins d'assassins.

"Ne t'inquiète pas Prisme, je n'étais venu que tuer Isiris."

La fille à mes côtés, blême, allait ouvrir la bouche lorsque je la bloquai de ma main. Le tueur regarda le corps au sol.

"Cette fille était difficile à trouver... Aucune description physique convenable, heureusement qu'on m'a dit qu'elle se trouvait ici..."

J'enlevai ma main de la bouche d'Isiris, et la dirigeai vers mon sac. L'homme releva le regard en direction de l'ethérienne. Il fut pris d'un doute. Suffisamment longtemps pour recevoir une lame dans sa gorge. J'avais lancé juste et précisément. Il tomba au sol, par-dessus l'autre cadavre. Je me tournai vers la jeune femme. Plus blanche que ça et elle était invisible.

"Où se trouve mon fils?
- Tu as un... Fils?"

Bon. Il était temps d'agir. J'avais la mort de 2 ethériens sur le dos, maintenant. Je fouillai l'assassin, le débarrassai de quelques armes et papiers, puis je me dépêchai de fouiller dans mon sac. Rhollhoff ne devait pas être la seule à savoir que je me trouvais ici, je ne tarderais pas à avoir toutes les forces de l'ordre magique sur le dos. Je sortis un morceau d’ouate, l'imbibai de chloroforme, et le mis devant le nez d'Isiris sans même qu'elle ait le temps de réagir. Moi, j'avais une autre mission que de la tuer. Je regardai par la fenêtre. Personne de ce côté de l'Académie. Je pris tout simplement une chaise et la lançai, cassant la vitre. Je mis mes affaires à califourchon, incluant l'ethérienne, légère, et je sautai par la fenêtre, pour atterrir au sol à peine plus bas. Puis je me mis à courir. Courir loin. Le plus vite possible. Loin de cet endroit. Loin de cette vie qui n'était plus qu'un souvenir à oublier. Loin d'Azaryus. Je venais de perdre ce qu'il me restait peut-être de son estime.

Je laissai échapper une larme.

Je venais de perdre ce qu'il me restait peut-être de son amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(9)Isiris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Albyrion :: Le Monde d'Albyrion :: Histoires :: Mémoires d'Annabelle-
Sauter vers: