AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (14)Passé proche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: (14)Passé proche   Mar 10 Nov - 15:33

"Regarde papa comment je cours vite?
- Oui oui Mae, laisse-moi travailler s'il te plait."

Vincent labourait la terre calmement, alors que sa fille courait dans la cours en faisant des ronds irréguliers dans tous les sens. Le père poussa un soupire.

"Maelias, ne piétine pas le potager bon sang! Va courir plus loin!"

L'interpellée s'arrêta, prenant conscience qu'elle marchait dans le jardin.

"Blbl..." sortit-elle, un peu honteuse.

Elle s'éloigna en gambadant. Une voix féminine se fit entendre derrière Vincent:

"Notre petite est pleine d'énergie, il faut lui pardonner."

Une femme habillée d'une robe de campagne se dirigeait vers son mari. Ce dernier se mit à sourire.

"Oh mais je lui ai déjà pardonné, dit-il en faisant un clin d’œil. Après tout, c'est TA fille, Amanda.
- Ne dit pas n'importe quoi Vince, elle est TON enfant quand elle fait des bêtises.

Ils s'embrassèrent tendrement.

"Tu veux que je te raconte une blague? demanda l'homme.
- J'adore tes blagues. Vas-y je t'écoute.
- C'est un nain et un ethérien qui vont dans un bar... commença-t-il.
- Attend, l'interrompit sa femme. C'est quoi un ethérien?
- Ah oui c'est vrai, tu sais pas c'est quoi...
- Ça a un rapport avec ton travail secret?
- En quelque sorte, oui.
- Tu es sûr qu'il ne nous apporteras pas malheurs?
- Ne t'inquiète pas, il n'y a aucune chance" mentit Vincent.

Un craquement se fit entendre, et trois individus encapuchonnés apparurent dans le jardin dans des flammes bleues. Ils portaient la marque très reconnaissable de la rose sur leur front. Vincent grogna:

"Eux par contre...

Il fit quelques pas en leur direction, prenant un air à la rigolade.

"Vous piétinez ma laitue les gars. Vous êtes pires que ma fille.
- Justement, nous venons pour elle" dit l'un des hommes sombre.

Le père reprit un air sérieux. Sa compagne approcha par derrière, lui prenant le bras, un peu apeurée.

"Nous avions un accord.
- La maitresse est fatiguée d'attendre. Vos théories sur l'écriture de la prophéties l'amusaient au début, mais maintenant elle veut des tests, des résultats. Tu n'as pas réussi à offrir ce que vous promettiez.
- Et si je refuse de vous la donner?
- Ça ferait entrave au Pacte, et tous ceux que tu aimes iront pourrir en enfer.
- Ça reste tout de même une possibilité. Je ne vous donnerai pas Maelias, et continuerai à aider pour l'entente. Ça ne détruira pas le Pacte.
- Héphradite est la seule juge.
- Alors qu'elle juge différemment.

Le père croisa ses bras, assuré.

- Si je ne vous la donne pas, elle ne peut pas vous appartenir."

La femme encapuchonnée se détacha du lot. Elle siffla quelques mots inaudibles, puis menaça:

"Elle ne veut plus patienter. Décore ta dette Vincent.
- Héphradite ne va pas détruire le Pacte pour si peu. Elle compte trop dessus.
- Tu te crois plus intelligent qu'un démon? Insolent, tu..."

Elle s'arrêta dans sa phrase, puis baissa la tête. Puis, elle la releva, le fixant dans les yeux. Elle leva un bras. Vincent se senti soulevé dans les airs, le corps figé. Une bulle l'entoura. Il défia du regard l'inconnue. Cette dernière fit un lent mouvement de sa main, écartant les membres de l'homme. Puis elle ferma son poing. Dans un bruit de craquement, tous les membres du corps se détachèrent, incluant la tête, pour flotter dans la bulle. Il n'y avait pas de sang, mais la douleur était, elle, bien présente.

"Vincent! cria Amanda.

La disciple de la rose bleue s'approcha, regardant dans les yeux remplis de douleur du père.

- Je ne veux plus te donner le bénéfice de l'attente, Vincent. Ton père a fait un Pacte, et t'as donné à moi.
- He he he... Tu dois être bien désespérée pour te dévoiler ainsi, Héphradite..." ricana le prisonnier.

Elle relâcha légèrement le poing. Du sang commença à couler là où les membres étaient coupés. Le teint de la victime tourna au blême, ne pouvant plus respirer.

"Dis-moi, combien de secondes tient un corps humain décapité? Hum? demanda la démone.
- Pitié! s'écria la femme de Vincent, qui regardait toute la scène avec horreur. Pitié, arrêtez!

L'interpelée se tourna.

- Une proposition, mortelle?
- Un mois. Laissez-nous un mois je vous en pris. Pour dire au-revoir à notre fille...
- Et pourquoi accorderais-je ce délais?
- Avez-vous... Déjà eu un cœur?"

Contre toute attente, la créature des enfers acquiesça de la tête, esquissant un sourire satisfait. Elle fit des mouvements de sa main, et les membres du paternel se recollèrent magiquement. Il tomba au sol, reprenant son souffle, le visage encore livide. Héphradite se tourna vers ses disciples, et leur fit signe. Ils s'inclinèrent, puis disparurent dans un craquement enflammé.

"Vous avez une semaine."

Un crac sonore, et elle avait disparu.


----------


Griffe d'Or était assis sur une chaise. Une chaise métallique. Ses poignets étaient attachés, et un casque lui recouvrait la tête, le stabilisant. Il serait prisonnier s'il ne s'était pas lui-même placé dans cette situation. Une homme en blouse blanche s'approcha de lui.

"Uniquement la mémoire de votre fille?
- J'ai tué ma femme hier, à sa propre demande. Ça me permettra d'avancer dans ma Guilde. Alors oui, que Maelias.

Le scientifique sortit une espèce d'aiguille, et alla trafiquer un peu sur l'une des boites qui dépassaient du casque.

- J'espère juste que vous tiendrez votre promesse, Damien, ajouta l'assassin.
- Eh bien, elle sera en sécurité avec nous. Vous n'avez pas à vous inquiéter. Surtout que selon vos dire, cela vous incapacitera de la donner à la démone, ce qui la protégera encore plus.
- Oui, exact."

Le dénommé Damien trafiqua encore un peu, puis descendit pour se replacer à la hauteur de son patient. Il soupira, avant de dire:

"Ceci sera la résultante des examens que nous avons porté sur vous ces derniers temps, et surtout cette dernière semaine. Je tiens à dire que nous n'avions jamais testé sur un sujet humain avant.
- Je n'ai rien à perdre.
- Sachez que, en parlant de cela, vous n'allez pas vous défaire de la mémoire de Maelias. Elle sera simplement bloquée d'accès. C'est un peu le même effet.
- Donc je pourrais inverser le processus plus tard?
- Je ne sais pas comment cela pourrait bien arriver, mais oui, c'est possible.
- Alors espérons que cela n'arrive jamais" conclut Griffe d'Or.

L'homme en blouse haussa les épaules, puis se dirigea vers un tableau de commandes. Il mit en place certains systèmes qui restaient à programmer, puis se tourna vers son patient. Celui-ci lui confirma qu'il était prêt. Puis il ferma les yeux.

"Adieu Mae."

Une larme coula.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(14)Passé proche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» retour vers le passé!
» Passé sombre.
» Sous les ailes des dragons du passé, à Forgefer.. ?
» Quand le passé nous tien...
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Albyrion :: Le Monde d'Albyrion :: Histoires :: Mémoires d'Annabelle-
Sauter vers: