AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (3)Trilogie de Vent Marin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: (3)Trilogie de Vent Marin   Mar 17 Nov - 15:14

Chapitre 1/3

"Ton nom?
- Vent marin.
- Comprends-tu le langage des signes?
- Oui, sinon je ne pourrais répondre à vos questions. Et surtout, vous ne seriez pas mon enseignante, Prisme des ombres.
- Ton âge?
- 26 ans."

Elle était plus vieille que moi. Mais ça n'avait pas d'importance. La confrérie m'avait offert une élève, et je n'allais pas la décevoir. J'avais bien observé la nouvelle; une femme de taille moyenne, les cheveux blancs teints en grande partie de bleu, et des habits complètement bleutés aussi. Probablement pour se fondre avec le ciel. Ça
devait être efficace d'une certaine manière. Je haussai les épaules devant mes propres pensées. Mon estimation était plutôt qu'elle adorait le bleu de l'océan. En analysant son attitude, j'ai eu vite fait de remarquer qu'elle était motivée, mais pas très très compétente. Enfin, nous allions bien voir, à l'entraînement.

C'est ainsi que nous marchâmes pendant plusieurs heures avant d'atteindre un désert. Je la sentis hésiter, mais continuai notre route jusqu'à ce que nous soyons perdues au milieu des dunes. Le terme perdre étant bien sûr utilisé à la légère. Mon sens de l'orientation était aussi efficace sur le sable que dans la forêt.

"Pourquoi nous entraînons-nous dans un désert? se plaignit-elle. Ça brûle ici.

Je me retournai pour constater qu'en effet sa peau blanche devait être ultra sensible.

- Parce que je savais que tu n'aimerais pas cela à ton nom, répondis-je.
- Vous saviez mon nom? Pourquoi me l'avoir demandé?
- Simple procédure habituelle parmi tant d'autres pour vérifier que tu es bien celle que tu prétends être."

Je m'assied dans le sable et l'invitai à faire de même. Je l'entendis murmurer des mots:

"Invirâ."

Je soulevai un sourcil. Elle semblait avoir perdu tout son épuisement de la marche. Je notai dans ma tête que c'était peut-être de la sorcellerie. Elle s'assit à son tour, me regardant au niveau du front pour ne pas croiser mon regard.

"Qu'allons-nous faire aujourd'hui, maîtresse?
- Nous allons débuter par un interrogatoire. J'ai besoin de te connaitre plus en détail.
- D'accord.
- Ta plus grande force.
- Le lancer des couteaux.
- Ta plus grande faiblesse.
- Les armes lourdes."

Je pris le temps de l'observai attentivement. Elle ne me mentait pas.

"Maîtrises-tu la magie?
- N...non."

Ce qui, en d'autres termes, voulait dire oui. Décidément une débutante dans le métier, j'allais devoir lui apprendre à mentir.

"Pourquoi veux-tu devenir assassine?
- Vous voulez vraiment le savoir?

J'hochai la tête.

- C'est une très longue histoire, avoua-t-elle.
- J'ai tout mon temps.
- Dans ce cas...

Elle prit une grande inspiration, et débuta:

- Il fut une époque où je me nommais Brigitte. J'étais une fille comme les autres. Ou presque. Je vivais avec mes parents et ma petite sœur. Nous voyagions beaucoup. Pour l'instant ce récit peut vous sembler très banal, mais il est à savoir que mes parents n'étaient pas des humains ordinaires. Ils étaient puissants, très puissants, et terrifiants surtout. Nous n'étions pas leurs filles, mais leurs esclaves, leurs outils pour leurs sombres desseins. Ils servaient en fait une plus grande organisation à l'extérieur d'Hélion. Une organisation dont je soupçonne de vouloir conquérir le monde, malgré l'aspect absurde de ce que cela peut laisser envisager. Mais je connaissais bien mes parents. Si eux étaient leurs soldats, c'est que ce groupe possède en effet les moyens d'atteindre leurs buts. Permettez un instant?

Elle but quelques gorgée d'eau dans sa gourde, s'essuya la bouche, et reprit:

- Je n'aimais pas nos parents. Pour ce qu'ils faisaient, pour ce qu'ils nous faisaient à moi et ma sœur. La goutte qui fit déborder le vase apparu lorsqu'ils tuèrent de sang froid une archimage et son mari, une créature appelée wither. Dès ce jour, je préparai un moyen de les vaincre pour nous délivrer de ces monstres qui se faisaient appeler papa et maman. Lorsque nous emménageâmes dans un village elfique, je mis mon plan à exécution. Et j'échouai.

Elle baissa le regard.

- Ensuite, trou noir. Je me suis réveillée, très loin de là. C'était un homme, un sorcier très précisément. Il me demanda si je m'appelais Islyndea. Je lui répondis que non, il devait se tromper. Je lui demandai des explications, ce qu'il ne se gêna pas de faire. Selon lui, j'avais été transformée en princesse elfique, et mes pas m'avaient menés jusqu'à sa tour de magie isolée. Il avait sut renverser le sortilège, probablement lancé par mes parents pour je ne sais quelle raison, et j'avais repris mon corps originel. Il m'avais aussi fabriqué une salle spéciale, remplie d'un liquide spécial, pour que je puisse me régénérer.

Vent marin sembla remarquer qu'elle avait trop dévoilé, car elle se dépêcha de passer à un autre sujet.

- Mais tout cela n'a que peu d'importance. Rapidement je compris que ma sœur était toujours en danger. Aujourd'hui, si je veux pouvoir la sauver, je dois devenir plus forte. Et pour cela, je suis prête à tout. À tous les sacrifices. J'espère trouver en vous, ma mentor, les compétences nécessaires à atteindre mes objectifs. Et j'ai espoir de un jour sauver Melhodie des griffes de mes parents."

Je me levai, et sortis des couteaux de ma ceinture. Mon élève se leva prestement à ma suite. Je fis quelques mouvements.

"Voilà une histoire bien intéressante. Mais maintenant, prouve-moi. Prouve-moi que tu es douée aux lancers de couteaux.
- Euh oui...d'accord..."

Elle baissa ses doigts en direction de ses armes. Mais je ne la laissai pas faire. Je lançai une lame, qu'elle évita de justesse, tombant au sol.

"Hé!"

Je n'attendis pas une seconde avant d'envoyer les autres couteaux. Je sentis toutes sortes d'émotions traverser les yeux de Vent marin à ce moment. La peur, la surprise, le stress. J'esquissai un sourire lorsque je la vis mettre sa main droite sur le sable et s'écrier:

"Builiad Tryldom!"

Déviés par un mur invisible, les projectiles se plantèrent autour de la cible. Je secouai la tête en soupirant sarcastiquement:

"Tu as besoin de quelques leçons de mensonge je crois bien."


Dernière édition par Wobmiar le Sam 18 Juin - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: Re: (3)Trilogie de Vent Marin   Mar 17 Nov - 15:31

Chapitre 2/3

"Les ordres ne sont pas clairs.
- Ils sont ce qu'ils doivent être."

C'est sous ces mots que je quittai cette rencontre avec mon informateur. Il me donna une flèche, que je rangeai précieusement, et se retourna. Alors qu'il partait, je me dirigeai dans la direction opposée, où mon apprentie attendait, assise sur son cheval, quelques mètres plus loin. Elle buvait dans sa gourde quand elle me vit arriver. Elle avala une dernière gorgée et s'adressa à moi:

"Alors?
- Déguise-toi. Nous avons une mission officielle. Un bateau nous attend au port."

Elle s'exécuta en même temps que moi, je montai sur mon destrier, et nous galopâmes une bonne demi-heure avant d'atteindre notre destination. C'était un petit bateau, presque un voilier, mais qui allait faire l'affaire pour traverser l'étendue d'eau qui nous séparait de notre destination. À son bord, un seul homme encapuchonné, qui ne nous regarda même pas monter à bord. Il ouvrit les voiles, décrochai l'ancre, et nous partîmes sur l'océan calme. Il n'y avait rien à signaler pendant plusieurs heures. J'en profitai pour écrire le plan dans mon petit carnet pour bien le faire comprendre à Vent marin, qui semblait bien apprécier cette brise qui nous frappait et cette odeur d'eau salée. Tant mieux, sinon j'aurais dit qu'elle portait mal son nom. Je finis d'écrire le nécessaire, arrachai la page de mon carnet et la lui tendis. Elle se mit à lire. Je pris la liberté d'ajouter quelques détails en signes:

"Nous allons devoir être discrète, et ne pas nous faire remarquer. C'est une île de pirates, ils n'hésiteront pas à agir s'ils nous voient. Tu dois t'informer auprès des habitants et des brigands pour trouver la meilleure façon d'agir pendant que j'exécute mes propres ordres. Tu as tout compris?"

Elle hocha la tête, et me redonna le morceau de papier, que je roulai en boule et avalai d'un coup.

"Nous arrivons" dit notre passeur.

Je tournai la tête. C'était une île volcanique entourée de récifs. Notre embarcation se cacha derrière des rochers. J'observai bien tout ce qui se trouvait dans mon champs de vision. Le bateau qui devait transporter Jaesgiear et Dribliblu en lune de miel accosta, et je vis les deux tourteaux se faire enlever par des pirates qui les attendait, les faisant disparaître derrière les arbres. Les autres, leurs amis, allaient bientôt suivre, ainsi que ma cible. Je me tournai vers mon élève.

"Rendez-vous ici dans deux heures, ordonnai-je.
- Compris."

Je plongeai, et l'entendis me suivre. Elle prit une direction opposée à la mienne, je la perdis donc de vue. La berge atteinte, je grimpai habilement les rochers, et me dirigeai vers l'endroit où la reine des elfes et son mari avaient été emportés. C'était un immense gouffre, et une grille gardait l'accès à ce qui semblait être un donjon. Parfait. Je n'avais plus qu'à attendre.

Quelques minutes plus tard, je vis des troupes descendre d'un bateau. Certains explorèrent l'île, d'autres descendirent en direction des pirates qui gardaient la cache sous mes pieds. Il y avait des nains, des humains, des elfes et des ethériens. Cette dernière race, que je connaissais à peine, attira un peu ma curiosité. On m'avait dit qu'ils étaient faits de magie, que certains pouvaient voler avec leurs ailes, mais c'était très abstrait dans mon esprit. L'homme qui se trouvait là était non seulement ailé, mais aussi très grand, peut-être même plus que moi. Ils se débarrassèrent aisément des pauvres gardes et pénétrèrent dans la grotte. Je les suivis lorsque je vis entrer celui que je devais mettre fin aux jours. Très discrètement, je pénétrai le donjon et grimpai une poutre dans un coin sombre du plafond.

Évidemment, c'était un piège. Pas pour moi, pour eux. Des monstres fourmillaient dans l'endroit, ainsi que des soldats, des archers pirates, tous placés là pour empêcher quiconque de délivrer les jeunes mariés. Ils offrirent une bonne résistance à ces combattants d'élite défenseurs d'Hélion. Il y eut des blessés, certains plus graves que d'autres, des deux côtés. Lentement mais sûrement, je puis assister à la progression des sauveurs qui allaient réussir à délivrer les kidnappés. Je tirai la flèche que m'avait donné le messager de mon carquois, et tendis mon arc. Je visai. Ma cible se battait avec beaucoup d'ardeur, et diverses flèches étaient déjà plantées en lui. Je n'avais pas deux chances. Je visai un point faible de son armure, au niveau de sa jambe. Je lâchai la corde. La flèche se planta avec précision sous sa cuisse. Le nain tituba légèrement, mais continua à combattre comme un forcené. Je rangeai mon arc et sortit. Personne ne me remarqua dans le chaos.

L'histoire dira que Thrennan est mort de blessures naturelles, en héros.

Je me redirigeai vers le bateau, ma mission accomplie. J'y retrouvai Vent marin, qui ne semblait pas à l'aise. Je lui demandai ce qui n'allait pas. Elle bafouilla:

"J'ai fait des recherches concernant les pirates et le fragment de la Pierre... Et j'ai fait une découverte...
- Quoi donc? questionnai-je.
- Ces pirates travaillent pour les même personne qui dirigent mes parents. Je ne peux pas les aider..."

Je ne la laissai pas finir sa phrase. Je l'agrippai par le cou et la plaqua contre le mat, qui se mit à trembler. Je la lâchai, la laissant s'écrouler au sol, un peu sonnée.

"Je me fous de tes parents, ni de ce que quiconque compte faire. Nous avons comme mission d'aider ces pirates à ne pas se faire voler le morceau d'artefact. Nous n'avons pas le droit de mettre nos émotions de l'avant. Tu risques de tout faire échouer!"

Un bruit d'éclaboussure m'interrompit. Je regardai par-dessus le rocher. Une naine se trouvait sur un quai surélevé et, dans l'eau en-dessous, une femme venait de tomber.

"C'est Germaine, commenta Vent marin. Elle semblait posséder des informations primordiales concernant le fragment. Si les guerriers hélionniens veulent trouver ce qu'ils cherchent, ils auraient besoin d'elle..."

Je dégainai mon arc et, rapide comme l'éclair, envoya une flèche en direction de la femme qui commençait à nager vers la rive. Le projectile lui traversa la nuque de part en part, et elle se mit à couler, laissant échapper quelques dernières bulles.

"Va chercher la flèche, et laisse le corps au fond de l'océan. Nous partons ensuite, nous n'avons plus rien à faire ici. C'est la dernière fois que je te laisse gaffer de la sorte, tu n'as plus droit à la moindre erreur."

Elle déglutit, et plongea dans l'eau suivant mon ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: Re: (3)Trilogie de Vent Marin   Mar 17 Nov - 15:38

Chapitre 3/3

J'étais debout au milieu d'une pièce totalement noire. Mais cette fois-ci, c'était mon apprentie qui allait devoir passer le test. C'était mon apprentie. Elle était déjà arrivée depuis presque une heure. Assise sur la chaise, elle ne bougeait pas. Nue, comme je l'avais été à sa place, elle ne tremblait pas. Mon entrainement semblait avoir porté fruit, à une certaine époque elle aurait même pu avoir peur des ombres. Elle ne me voyait pas, comme je ne la voyais pas non plus. Mais je savais qu'elle observait silencieusement de tous ses sens autres que ses yeux.

J’eus une bref pensée de Griffe d'or, ce qui me donna une idée qui n'était pas de mon habitude. Je fis un sourire coquin, puis, de mes mains, je lui dit:

"Tu es prête?"

Évidemment, elle ne pouvait pas distinguer mes gestes, et encore moins m'entendre. Elle ne savait pas que j'étais là. Et, sur le coup, ça me fit bien rigoler intérieurement. Je me dirigeai vers une bougie, craquai un briquet de redstone et l'allumai. Une lumière faible nous éclaira, et elle pu enfin me voir. Elle tourna son regard en ma direction.

"Je ne t'ai pas entendu répondre, alors j'ai pris cela pour un oui."

Elle ne me comprenais pas et me donna un regard perplexe. Je cachai un pouffement de rire et alluma toutes les autres torches et les bougies dans la pièce. Je lui laissai quelques secondes pour parcourir du regard sa position et analyser la zone, puis, lorsqu'elle se retourna vers moi d'un air interrogatif, je lui demandai à nouveau:

"Tu es prête?
- Oui, me répondit-t-elle.
- Il s'agit bien évidemment d'un test sans surprise, continuai-je, copiant les mots de mon défunt mentor. Tu n'as pas à improviser, tu auras à prévoir. Ce pourquoi je vais te dire en détail ce qui se trouve derrière chaque porte. La première ici est verrouillée, et facultative. Elle contient un armement assez vaste, sans artefact évidemment, et qui pourrait être utile pour les autres épreuves. La clé a été détruite.

Je me déplaçai, toujours en exécutant des mouvements complexes de mes bras.

- La deuxième, ici, cache un terrible secret. Elle contient un papier sur lequel j'ai écrit toutes mes connaissances personnelles, toutes mes techniques, toutes mes armes, tout ce que je sais sur la confrérie, sur Hélion et tout le reste. Tout ce que je dois garder secret, tout ce qui est privé. La salle est hautement éclairée. Il suffit de te procurer le papier. La troisième là est illuminée de façon naturelle, par le soleil donc. Tu dois vaincre un danger de l'autre côté. Et enfin, la dernière abrite un labyrinthe de pierres. Le noir y est total, comme ce que tu as vécu tout à l'heure. Au centre du labyrinthe, il y a un mannequin qui représente une personne à kidnapper. Tu dois me l'apporter. Par contre, il y a une limite de temps et, après une minute, trois assassins d'élite tenteront de te tuer. Des questions?

Elle hocha la tête.

- Combien de temps aie-je pour résoudre le test?
- Jusqu'à ce que tu meures ou que tu réussisses.
- D'accord."

Je l'invitai à débuter. Vent marin se leva, sortit sans surprise quelques aiguilles de ses cheveux, et se dirigea vers l'armurerie. Elle trompa aisément le verrou, et pénétra à l'intérieur. Je la vis hésiter un peu, prendre son temps pour bien évaluer ce que je lui offrais, et s'arma de quelques ceintures de cuir où elle y attacha des couteaux de plusieurs tailles, ainsi qu'une dague et une épée. Elle en sortit, et ne pu s'empêcher de se regarder le corps en commentant:

"J'ai l'impression d'être le fruit d'imagination d'un auteur pervers qui fait des histoires d'assassines à moitié nues."

Je haussai les épaules. Ce n'était mon genre d'avoir des fantasmes, voir mon élève à poil ne me dérangeait personnellement pas le moindre du monde. Ce qui me titilla l'attention par contre, c'est lorsqu'elle ouvrit la deuxième porte, celle qui contenait mes papiers. Une chaleur intense se déversa dans notre pièce, alors qu'elle fit la découverte...à haute température.

"De la netherrack!"

La salle était emplie d'une pierre très présente dans le nether, et proportionnellement rare dans notre monde. Il s'agissait d'une matière très spéciale qui brûlait infiniment, ne se consumant pas grâce à des propriétés mélangeant le naturel et le magique. Et justement, la pièce devant ses yeux était en flammes constantes. Au centre, un bocal opaque et ininflammable était posé sur un pilier. La jeune femme se tourna vers moi.

"Les papiers se trouvent dans ce contenant?" me questionna-t-elle.

J'haussai les épaules. C'était pourtant évident, non? Elle comprit bien vite, et prit une grande inspiration.

"J'y vais alors."

Elle pénétra en courant, coupant au milieu des flammes qui caressaient son corps. De mon côté, je la regardai d'un air froid. Son courage allait la mener à sa perte. J'attendis qu'elle se soit bien éloignée, ayant presque atteint sa destination, puis je m'approchai du cadre. Je fermai la porte, sortit une clé de ma poche, et la verrouilla de l'extérieur. Quelques secondes plus tard, j'entendis des cris isolés, et des coups sur la porte. Je restai accotée sur le mur à côté, attendant patiemment. Je l'entendis tousser, frapper encore plus fort, puis, lentement, les coups se firent plus faibles. J'attendis encore quelques temps après que plus aucun bruit ne se fasse entendre, puis me retournai, et déverrouillai la porte.

Le corps sans vie de Vent marin, calciné, tomba à mes côtés. Le bocal de verre s'échappa de ses mains, et je me penchai pour le ramasser. Je l'ouvris lentement, pris les papiers et les jetai dans les flammes. Je soulevai ma défunte apprentie puis, sans le moindre signe d'émotion aucune, je la lançai dans le feu à son tour. Je refermai la porte derrière moi, et me dirigeai vers la sortie.

Elle n'aura jamais l'occasion de sauver sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (3)Trilogie de Vent Marin   

Revenir en haut Aller en bas
 
(3)Trilogie de Vent Marin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu]Joyau Pression vent +3
» Malhou, se réchauffe auprès vent Lvl.146 MAJ [20/11/10]
» Les passagers du vent.
» [consommable] Sous-marin nain
» Le chevalier du vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Albyrion :: Le Monde d'Albyrion :: Histoires :: Mémoires d'Annabelle-
Sauter vers: