AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (16)Une ethérienne, un ethérien, une naine et un...?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: (16)Une ethérienne, un ethérien, une naine et un...?   Lun 23 Nov - 17:56

"Danse."
- Euh... Non.
- Écoute, machin chose, tu vas danser pour moi parce que je te l'ordonne.
- Je m'appelle Isiris, et je n'ai aucun ordre à recevoir de toi."

Le Lancier Rouge grogna un peu, puis se tourna vers le barman. Assis sur sa chaise, il se tournait les pouces, et semblait plus frustré qu'autre chose.

"Garçon, une autre" demanda-t-il.

Le bar était vide. Ceux qui n'étaient pas devenus des cadavres au sol, transpercés par les lances écarlates, s'étaient empressés de fuir en vitesse. Isiris était assise à quelques pas, sur un sofa, près d'un piano.

"C'est ta vingtième pinte. Tu vas être saoul, commenta-t-elle.
- Tu me prend pour qui, un humain?

Il avala son breuvage d'un trait.

- Bah, si t'es pas un humain, t'es quoi?"

L'interpellé ne répondit pas, et se contenta de grommeler:

- Des jours, des semaines, des mois... Combien de temps vais-je devoir te subir?
- Euh, je te rappelle que c'est moi la prisonnière, pas l'inverse.
- Dans ce cas, danse. J'ai besoin de divertissement.
- C'est pas parce que je suis ta prisonnière que je suis ton esclave.
- Fais pas chier.

Il se leva, et se dirigea vers l'ethérienne. D'un geste vif, il lui agrippa les cheveux, et la jeta au sol au milieu de la pièce, près d'un corps, puis s'assit à sa place. La jeune femme secoua la tête, grimaça à la vue du mort, et se releva.

"Quoi?
- Griffe d'Or m'a demandé de ne pas te tuer. Mais ça ne m'empêchera pas de te faire avoir envie que je te tue si tu m'embêtes. Tu te souviens de la semaine dernière?

Isiris déglutit, puis fit un petit pas de danse.

- Comme ça?
- Mmm... Oui, mais tu as besoin de musique.

Il se tourna vers le piano.

- Un petit rythme entrainant fera l'affaire."

Et, à la grande surprise de la femme, il se mit à jouer. Un rythme bien maitrisé, ses doigts parcourant les touches, comme s'il avait fait ça toute sa vie. La musique était même... Bonne.

"Tu ne sais pas lire, mais tu sais faire du piano. Ok."

Le Lancier Rouge ne répondit pas. Isiris soupira, et commença quelques pas, pour suivre le rythme de la chanson. Elle décida de se laisser aller, et se mit à danser tranquillement, ignorant sa situation qui la mettait sous la surveillance de l'un des hommes les plus dangereux du continent.

"C'est bien, tu es obéissante. C'est rare, hocha celui-ci.
- Je fais ça parce que j'ai envie de danser, pas pour toi.
- Tu continue à faire ta maligne?

L'ethérienne tira la langue, les sourcils froncés.

- Toujours."

D'un coup de poing, l'assassin cassa le piano en deux dans un bruit de pièces qui se détachent et de bois craquant. Il se leva en même temps que l'instrument tombait, et se tourna vers la danseuse.

"Écoute, ça fait des mois qu'on est ensemble. Tu m'épuises, vraiment. Alors tu vas te permettre de simplement te la fermer et d'agir comme une prisonnière normale...
- Non, répondit-elle en croisant les bras, tirant la langue à nouveau.
- Gggnnn...

L'homme serra les poings.

"Tu vois le piano? Bah tu vas être pareille si tu continues.
- Ton maitre t'as ordonné de prendre soin de moi.
- J'EN AI RIEN À FOUTRE DE MON MAITRE!"

C'était la goutte qui fit déborder le vase. Le Lancier Rouge donna un coup de poing au visage d'Isiris, la faisant voler quelques mètres vers l'arrière. Elle retomba au sol, évanouie, le nez en sang. L'agresseur se positionna au-dessus d'elle, et, la frappa une autre fois, malgré qu'elle soit déjà dans les pommes.

"Tu sais quoi? J'en ai marre. Je vais te tuer, et Griffe d'Or ne pourra rien y faire. Aucune conséquence n'est pire que toi!"

Il alla donner un autre coup, lorsqu'un voix se fit entendre derrière lui.

"Tu devrais te calmer, Lancier."

L'interpellé se retourna d'un geste brusque.

"Tiens, le petit oiseau à papa, ricana-t-il en voyant à qui il avait affaire. Ça fait longtemps."

Pilier Diplomate entra dans le bâtiment par la porte préalablement défoncée.

"Tu comptes sur le fait que c'est un quartier mal famé de Droupe pour faire du grabuge et espérer t'en sortir sans te faire remarquer? questionna l'ethérien.
- C'est quoi, tu viens me surveiller?
- Non.

Il regarda la jeune fille au sol.

- Mais je crois que j'aurais besoin.
- Je suis pas une nounou! Je suis vraiment au bout du rouleau de devoir prendre en charge une peste pareille. Pourquoi on ne l'utilise pas comme Griffe d'Or le veut? On pourra la tuer après.
- Le maitre a ses raisons.
- Arrête de faire ton chouchou, tu sais très bien qu'il nous cache plein de choses!
- Il te fais assez confiance pour que tu gardes ce qui semble être l'un de ses atouts les plus précieux, remarqua Pilier. Et je ne parle pas de Valérie.
- Il ne fait pas confiance. Il m'a donné un boulet, et tu le sais aussi bien que moi.
- Peut-être que si tu avais une meilleure estime des femmes, ça irait mieux. Ou peut-être que si tu avais accepté d'avoir un élève, il aurait pris une autre décision.
- Mon estime des femmes est la bonne. Elles sont en général plus faibles, dans tous les sens du terme, et dans toutes ses utilisation.
- C'est pour ça que tu es jaloux de Prisme des Ombres?

Le lancier Rouge fit dos à son interlocuteur, et grogna:

- Je ne suis pas jaloux.
- Tu as peur d'elle?
- Je suis l'élu. Je ne peux pas concevoir un seul instant qu'elle, ou toi, ou qui que ce soit d'autre, puisse me voler ma place.
- Je ne crois pas en cette histoire, rétorqua l'ethérien.
- Ah oui? Tu ne fais pas confiance en Griffe d'Or?
- Non.

Le lancier leva un sourcil de surprise.

- Alors nous sommes deux.
- Trois, dit une douce voix féminine.

Le tueur leva les yeux au ciel.

"C'est pas vrai..."

Il laissa tomber son regard aux côtés de Pilier Diblomate, où une jeune figure féminine se trouvait. C'était une naine, habillée toute de noir, d'un habit qui semblait anormalement sexy sous son long manteau à capuche.

"T'engage des prostituées des autres races? Tu remontes dans mon estime."

L'ethérien rigola.

"Je te présente Baiser mortel, mon apprentie.
- Je devine pourquoi elle s'appelle comme ça... Combien de fois par semaine?
- Zéro. Baiser, apporte-moi Isiris.
- Oui maitre" répondit la petite femme.

Celle-ci se dirigea vers la femme à terre, passant à côté du Lancier Rouge. Ce dernier pris l'occasion de lui cracher sur la tête, en commentant:

"Je peux avoir un aperçu de ses capacités?
- Demande-le à elle.

Il roula les yeux.

- Madame, auriez-vous l'amabilité de vous bouger le cul et me montrer ce que vous savez faire? demanda-t-il encore dans une fausse politesse.
- Dans tes rêves" objecta-t-elle sans hésiter.

Elle prit le corps d'Isiris, et se dirigea vers son maitre, qui observait les lieux. Ce dernier resta pensif quelques secondes, puis, sans tourner la tête, dit d'une voix presque moqueuse:

"Vérifie ton dos.
- Hein?

Le lancier tâta son dos. Il n'y avait rien. Ses lances! Il fixa la naine, qui tenait sous le corps de l'ethérienne ses affaires.

"Parfait, tu viens de signer ton arrêt de mort, minus! Griffe d'Or ne t'as pas mise sous sa protection, toi!
- Si, le contredit Pilier.
- Tu me niaises?
- Il te tue si tu touches à un autre élève.
- D'accord, d'accord... Quel fumier... Ça doit être pour ça qu'il prend tout son temps avec la géante..."

La naine lança les lances aux pieds de leur propriétaire, qui se pencha pour les ramasser. Il se releva ensuite, toisant le duo devant lui.

"Vous avez prévu quelque chose?
- Je veux savoir toute la vérité, avoua Pilier Diplomate.
- Et ensuite?
- Nous tuerons Griffe d'Or."

Des bruits se firent entendre dehors. Ils regardèrent par la fenêtre; des gardes se dirigeaient vers la taverne. Le Lancier Rouge mit ses mains sur ses hanches.

"Bien, il était temps. On va faire un peu de boucherie.
- Pas la peine" assura l'ethérien, sortant un parchemin de sa veste.

Les gardes formèrent un périmètre autour de l'auberge. Ils étaient une bonne vingtaine, tous très armés. Après le positionnement complété, le colonel de la troupe donna l'ordre d'entrer. Cinq homme pénétrèrent avec force, les épées sorties, en courant, prêts au combat.

Les seules choses qui restaient dans la pièce, c'était le corps du barman, transpercé par une lance, et un morceau de papier brulé au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(16)Une ethérienne, un ethérien, une naine et un...?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De l’intérêt des Ethérés!
» [Fluff] Aun'shi Ethéré Tau
» Construire une autoroute aérienne
» [Sondage] Jolival 2011 - Rien ne sera jamais plus comme avant!
» Bien Suprême, Aun'shi ou Farsight ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Albyrion :: Le Monde d'Albyrion :: Histoires :: Mémoires d'Annabelle-
Sauter vers: