AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (19)Vincent et Frédérique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wobmiar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 22
Localisation : Albyrion

MessageSujet: (19)Vincent et Frédérique   Mar 1 Déc - 16:58

Tuer Griffe d'Or. J'y avais déjà songé. Mais seule, c'était impossible. Hors, je n'étais plus seule.

J'avais trop de choses à penser. Les informations me passaient par la tête, mais aucune n'avait du sens. Et évidemment, aucune chance de pouvoir demander à mon maitre. Ce dernier était positionné à l'avant du navire qui nous menait vers le continent de Uldred, habité que par des elfes. Je le regardais. Depuis des heures. Il ne bougeait pas. Combien de choses cachait-il? Pilier s'assit à mes côtés, accompagné de Baiser.

"Des réponses?
- J'ai rien trouvé, aucune hypothèse. Disons que je manque de ressources sur ce bateau sauf ma propre mémoire. Toi, tu as réfléchit?
- Oui. J'accepte de tuer Griffe d'Or.
- Attendons le bon moment. Aucun risque à prendre.
- Il serait le père de cette Maelias? Et il ne s'en souvient plus? demanda Baiser.
- Il s'appelle Vincent, déclara une autre voix.

Le Lancier Rouge s'assied à mes côtés. Je grimaçai un peu, j'avais encore peine à l'accepter.

"Si ce qu'on a vu dans la tête d'Isiris est véritablement une vision du passé, alors oui, Maelias est sa fille, continua-t-il.
- Ça doit faire un choc, commenta la naine.
- Comment tu sais ça toi? demanda l'ethérien.
- Oh, il s'avère que lorsque la Guilde l'a trahis, ils m'ont fait part des informations classées S. Vous saviez qu'il avait plus de 50 ans aussi?

Je me tournai vers Griffe d'Or.

- Il semble bien plus jeune. Plus jeune que moi même.

L'encapuchonné de rouge haussa les épaules.

- Où est la vérité?

Il avait raison, dans un sens. Notre monde est rempli de tromperies et mensonges, difficile de comprendre le tout.

- Justement, on veut savoir la vérité, dit Pilier Diplomate d'un air sûr. Il y a quelque chose qui cloche.
- Toute son histoire tourne de sens.
- Mais il cache des choses" rétorqua Baiser Mortel.

Nous acquiesçâmes d'un même mouvement. Je pris un peu de temps à réfléchir.

- Vent Marin...
- Quel est le rapport avec l'atmosphère? questionna l'ethérien en levant un sourcil.
- Non non, je veux dire, Vent Marin, mon ancienne apprentie. Elle avait des pouvoirs dépassant beaucoup de choses, et semblait jeune même si elle était vieille. Et elle vient de l'autre continent, comme semble venir Griffe d'Or.
- Tu crois qu'il y a un lien?
- Tu as une autre piste?

La naine leva la main, comme pour prendre poliment la parole.

- Pourtant, dans la vision, ils ont bien dit que le père de Maelias, Vincent, était mort, non? Alors ça peut pas être lui...
- Melhodie aussi est morte...

Pilier Diplomate fronça.

- J'ai l'impression de ne rien savoir, d'être complètement perdu. Je déteste ça.

Le Lancier Rouge roula les yeux.

- À propos de ça, ça vous dirait de tout traduire? Je comprend pas le langage des signes moi, je vous rappelle."

Baiser Mortel rigola. L'assassin à mes côté allait rajouter quelque chose, lorsqu'on remarqua que Griffe d'Or s'était retourné, et se dirigeait vers nous. Nous l’attendîmes sans bouger. À quelques mètres de nous, il s'arrêta.

"Nous arrivons."

En effet, la terre était visible au loin. L'île semblait tropicale, des arbres montrant une jungle immense.

- Le continent est petit, et habité presque exclusivement d'elfes chats. Les elfes sans les attributs félins sont plutôt mal vus. Ah oui, aussi, ils ne portent pas de vêtements, ça ne leur sert à rien. Ils ne connaissent pas la nudité, il n'ont à la base jamais rencontré personne de l'étranger, sauf de rares exceptions. Ellana, que vous avez vu l'autre jour, est probablement la seule elfe à avoir quitté Uldred. Ils sont à la base très primitifs, mais ne les considérez pas en tant que tel, ils ne sont pas à sous-estimer.
- Comment comptez-vous trouver l'artéfact? Et même vous en emparer?
- ... Je n'ai jamais dit qu'aucun sang ne sera versé. C'est pour ça que vous êtes là."

Il descendit à la cale chercher ses affaires. Je jetai un regard à Pilier, il me le rendit, et je me levai, allant me préparer à mon tour.

Quelques minutes plus tard, nous accostâmes. Descendirent sur la plage uniquement nous cinq, bien armés sous nos habits. Nous commençâmes à avancer dans la jungle à la suite de Griffe d'Or, qui semblait savoir ce qu'il faisait. Il ne prit pas dix minutes que je distinguai des figures se déplacer rapidement autour de nous, pour nous encercler. Nous stoppâmes, juste à temps pour voir une vingtaine d'elfes sortir des feuillages, pointant leurs arcs en notre direction. Il y en avait au sol, mais aussi dans les arbres. Tous à moitié chats, ils semblaient presque plus animals qu'humains. Notre guide leva les mains en l'air. Je copiai son geste, accompagnée de mes collègues. L'un des elfes s'approcha, baissant son arc.

"Qui êtes-vous?
- Des visiteurs, répondit Griffe d'Or. Nous serions enchantés de faire connaissance avec votre peuple. Et nous avons des nouvelles d'Ellana.
- Ellana, la fille d'Aratéfiel?
- Elle-même.

L'elfe fit un geste. Les archers rangèrent leurs flèches.

- Il nous fera un plaisir de vous mener à lui directement, assura-t-il. Il s'inquiète pour sa fille, justement.
- J'ai bien peur que les nouvelles ne soient pas bonnes.
- Je vous laisserai les lui dire en personne. Bien franchement, nous n'avons jamais vu d'un bon œil le besoin d'envoyer une ambassadrice sur Ramtrok.
- Vous avez probablement raison. Vous semblez bien vous porter seuls ici.
- En effet."

Nous marchâmes pendant quelques minutes avant d'atteindre ce qui semblait être une gigantesque ville dans les arbres. Je ne voyais pas le bout, c'était peine à croire que les gens pouvaient s'y retrouver là-dedans. On nous conduisit en hauteur, traversant troncs et ponts de cordes, qui semblaient parfaitement solides et gérées malgré leurs matériaux qui pourraient faire douter. Les elfes, malgré leurs allures félines, marchaient en grosse majorité sur 2 jambes. Si leur civilisation n'était pas très évoluée, elle était probablement très adaptée à leurs besoins. Nous finîmes par arriver à ce qui semblait être la hutte du chef. Il nous laissa entrer, non sans nous escorter d'une dizaine de gardes. C'est un homme assez vieux qui nous accueilli, entouré d'une femme semblant être du même âge, et quelques autres elfes. Contrairement aux autres, ils semblaient porter des vêtements purement luxueux, ne cachant pas nécessairement complètement leurs parties génitales. Griffe d'Or s'inclina.

"Aratéfiel je présume?
- Lui même, répondit l'elfe. À qui aie-je l'honneur?
- Nous portons des pseudonymes. Je me nomme Griffe, et voici Lancier, Baiser, Prisme et Pilier.

Nous nous agenouillâmes.

- Je vous présente ma femme, Virdiantyl, et mes enfants, Rasprovik, Mishafal, Gristoff et Lal. Vous venez me donner des nouvelles de ma cadette, Ellana?
- En effet, je suis ici parce qu'elle soupçonne que vous ayez à nouveau perdu Frédérique, votre artéfact familial. Elle nous envoie nous assurer qu'elle est en parfaite sécurité."

Intérieurement, je me demandais s'il improvisait ou non. Quoi qu'il en soit, il réfléchissait bien vite. Nous pourrions nous débarrasser des gardes de cette pièce, mais en aucun cas la ville entière, s'il y avait bagarre nous n'étions pas mieux que morts. J'espérai, du coup, qui avait tout prévu.

"Si vous voulez, je vous montre, proposa le roi. Vous serez en mesure de lui décrire nos installations."

Griffe d'Or hocha la tête, et nous suivîmes encore les labyrinthes de chemins dont était faite la ville. Je ne saurais pas moi-même retrouver mes pas. Ça me mettait légèrement mal à l'aise. Lorsque je vis le bâtiment dans lequel devait être l'arme magique, je fus presque surprise de constater que Aratéfiel n'avais pas menti: c'était peut-être le seul bâtiment de pierre de tout l'endroit. Et c'était truffé de gardes, autant archers que soldats de corps à corps. Nous pénétrâmes à l'intérieur, uniquement pour constater qu'il n'y avait presque rien. Un trou dont on ne voyait pas le fond, voilà comment on pouvait décrire l'endroit. Tout autour du gouffre, une cinquantaine d'archers avaient leurs arcs tendus vers le centre; un pilier sur lequel se tennait ce qui semblait être... Une espèce de fouet.

"Voilà Frédérique, dit le roi, fier de lui. Bien en sécurité, vous voyez?
- En effet, il est bien gardé. Mais ne croyez-vous pas que la meilleure sécurité serait de la cacher? demanda mon maitre.
- Eh bien, personne n'est au courant hors de cette ville vous savez. Et surtout pas sur votre continent. Il n'y aucune chance qu'on puisse la trouver, et si on la trouve, vous croyez vraiment que quelqu'un réussira à nous la voler?
- Oui.

Griffe se tourna vers nous.

- Pilier, cet artéfact est à ton élève" déclara-t-il avec un clin d’œil.

Nous comprîmes tous en même temps. Il sortit un couteau, se retourna et coupa la gorge du roi d'un cou sec, le tuant sans lui laisser la moindre réaction.

"Et un billet pour retrouver votre fille dans l'au-delà!"

Je me jetai sur les 5 gardes de mon côté, Lancier sur les autres du sien. Ils étaient pris de surprise, ils ne firent pas long feu, sans même d'armure. Pilier Diplomate, d'un geste brusque, agrippa Baiser mortel, et s'envola au-dessus du trou, en direction de l'artéfact. Lorsqu'il atterrit sur le pilier, c'est une pluie de flèche qui l'accueillit de tous les côtés. Il se recouvra de ses ailes dans un cocon de métal, bloquant la première vague. Alors que j'achevai mon dernier elfe, je relevai la tête, juste à temps pour voir la deuxième vague de projectiles rebondir sur la carapace de plumes. Je vis les archers changer alors de cible, vers nous!

Il n'eurent pas le temps de tirer. Pilier écarta ses ailes, et une immense corde se dessina sous lui, virevoltante en direction des archers. Le fouet avait plus que quintuplé sa taille, et happa les jambes des tireurs, les faisant tous trébucher sans exception dans un long tour autour de la pièce. Je souris. La naine avait déjà découvert comment l'utiliser. Griffe d'Or sortit un parchemin de sa besace, et commença à incanter quelque chose. Baiser fouetta un autre coup, puis son mentor l'agrippa à nouveau, s'envolant vers nous. À l'instant même où ils nous rejoignirent, je sentis mon ventre se relever, et ma vue se brouilla. L'instant d'après, nous étions sur la plage, en face du bateau.

"Allez vite, nous ordonna Griffe d'Or en courant vers le navire. Ils ne risquent pas d'être très contents."

Je vis la petite assassine accrocher Frédérique à sa ceinture. Nous étions partis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(19)Vincent et Frédérique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu]générique de fin
» Logements Amérique : pas d'habitants travailleurs qualifiés
» La brigade chimérique
» [Biblio] Guerres indiennes d'Amérique du Nord
» Astérix en Amérique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Albyrion :: Le Monde d'Albyrion :: Histoires :: Mémoires d'Annabelle-
Sauter vers: